Créer une pièce horlogère pour une activité sportive n’est pas un concept nouveau. Ca ne l’est pas non plus lorsqu’il s’agit du Polo, Jaeger LeCoultre en a même hérité sa collection maîtresse la Reverso.

Mais si l’on rajoute dans l’équation une complication, et pas des moindre, à savoir le tourbillon cela devient périlleux. Richard Mille, toujours fidèle à sa ligne directrice, a voulu relever le défi en alliant prouesse technologique, technique et artistique. De ce défi, est né la RM 53-01, fruit d'une collaboration avec le célèbre joueur de polo PABLO MAC DONOUGH.

RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH

Un verre inédit pour une montre

RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH

Outre le boîtier, les points d’attentions sont nombreux lorsque l’on s’engage dans une telle entreprise.L’un des premiers risques est le verre. Nous connaissons tous le saphir inrayable, mais il ne répond pas à la pression que subit le verre durant les contacts qui peuvent être violents (n’oublions pas qu’il s’agit de chevaux lancer à pleine allure). Pour répondre à cette problématique Richard Mille a fait appel à la maison Stettler, spécialisée dans la conception de saphir. La solution adoptée s’est inspirée de celle appliquée aux verres automobiles. Concrètement, cela se traduit par la superposition de 2 verres entres lesquels on place un film de polyvinyle. Le résultat n’est pas incassable, mais plutôt que d’exposer le mouvement, le verre se fissurera sans jamais se briser. Le verre a évidemment été traité anti-UV et anti-reflet.

RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH
RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH

Une toile d’araignée pour protéger le mouvement

RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH

La protection du mouvement, qui rappelons-le est équipé d’un tourbillon, fut ingénieusement abordée. De même qu’en architecture l’emploi de câble pour amortir les vibrations des chocs, le mouvement est ici suspendu par le biais de cables fixés à une platine périphérique, qui mettent en suspension et en tension une platine centrale sur laquelle sont placés les rouages.La tension est réglable et permet ainsi à l’horloger d’assurer un équilibre parfait et constant de l’ensemble du mouvement garantissant ainsi sa fiabilité.

RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH
RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH

Enfin le boîtier utilise une structure en Carbone TPT® pour garantir une solidité à toute épreuve tout en conférant à cette pièce son esprit avant-gardiste et sportif.Le modèle est en évidement en édition limitée et il ne sera produit que 30 pièces pour ajouter à l’exceptionnel la rareté. Sans surprise, l’ambiance générale de la RM 53-01 PABLO MAC DONOUGH est empreinte de l’ADN de Richard Mille, qui reste selon nous la supercar de l’horlogerie.